Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 14:16

Les barrages...

Après que Vil-pin-pin ait vendu les autoroutes, (qui rapportent un max aux actionnaires) les socialiss avec l'aide de L'Europe s'apprêtent à brader les barrages Hydro-électriques...Les financiers ont les dents longues ! Tout ce qui est rentables pour le pays passent chez les financiers...Et on garde tout ce qui est en déficit
Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 02:26

DSC00389.JPG

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 02:22
La mise en garde  

Un revirement de la politique gouvernementale en faveur de l'exploitation des hydrocarbures de schiste constituerait "un casus belli", a prévenu la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts Emmanuelle Cosse sur RTL. Selon le Canard enchaîné, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, veut publier après les municipales un rapport défendant une nouvelle technique expérimentale "propre" d'exploitation des hydrocarbures de schiste, qui consisterait à utiliser du "fluoropropane" comme alternative à la fracturation hydraulique interdite en France. "Qu'est-ce qu'une technique propre, quand il s'agit d'aller chercher dans des couches géologiques extrêmement profondes des gaz qui sont emprisonnés? Il n'y a pas seulement la question de la pollution de l'eau et des terrains, il y a aussi la question de la stabilité des terrains", a expliqué Emmanuelle Cosse. 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 06:11

valere-segal.PNG

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 06:07

DSC00429

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 05:57

Le ministre Philippe Martin veut agir contre les produits phytosanitaires

PARIS, 30 jan 2014 (AFP) - Deux jours après la publication d'un appel signé par 1.200 médecins, le ministre de l'Ecologie Philippe Martin a affiché jeudi sa détermination à agir contre l'usage de produits phytosanitaires dont les impacts sanitaires sont de plus en plus mis en avant par les scientifiques.

Lors d'un colloque à l'Assemblée nationale sur les effets des pesticides, le ministre a rappelé que les analyses scientifiques démontrant un lien entre leur utilisation et certaines pathologies se multiplient, citant notamment les travaux de l'Inserm publiés en 2013. Cette situation « a conduit 1.200 médecins à signer un appel » mettant en garde contre la présence de produits phytosanitaires dans notre environnement, « appel que j'ai reçu comme une responsabilité supplémentaire à agir », a déclaré Philippe Martin.

Dans son analyse des études existantes, l'Inserm a indiqué en juin avoir « une présomption forte » entre l'usage de produits phytosanitaires par des professionnels (agriculteurs, personnels des fabricants ou chargés des espaces verts) et plusieurs pathologies. Isabelle Baldi, chercheuse à l'Inserm, a précisé que « globalement il y avait moins de cancers dans la population agricole », mais que « certains cancers étaient plus fréquents », dont celui de la prostate, du cerveau, des lymphomes et myélomes multiples. Selon la scientifique, ces cancers sont 10 à 20 % plus nombreux chez les agriculteurs, population la plus exposée aux produits phytosanitaires. Un lien a également été fait avec la maladie de Parkinson.

 

Le Parlement a voté l'interdiction des produits phytosanitaires dans les espaces publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. | AFP/STEPHANE DE SAKUTIN

 

C'est une petite avancée dans la bataille contre les pesticides : le Parlement a définitivement adopté, jeudi 23 janvier, une proposition de loi écologiste qui interdit en France les produits phytosanitaires (insecticides, herbicides, fongicides, etc.) dans les espaces verts publics à partir de 2020 et dans les jardins particuliers à compter de 2022. 

L'Assemblée nationale a voté ce texte dans les mêmes termes que le Sénat le 19 novembre. Outre les écologistes, les socialistes, les radicaux, l'UDI et le Front de gauche ont voté pour, tandis que les élus UMP se sont prononcés contre ou abstenus.

45 % DE FRANÇAIS JARDINIERS AMATEURS

Le texte interdit aux personnes privées ou publiques d'utiliser, à partir du 1er janvier 2020, les produits phytosanitaires pour l'entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades « accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé », à l'exception des voies ferrées, des pistes d'aéroport ou des autoroutes pour des « raisons de sécurité publique ». Les pesticides pourront par contre toujours être utilisés en cas d'urgence sanitaire.

Par ailleurs, à partir du 1er janvier 2022, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites. Cette disposition vise les 45 % de Français qui possèdent un jardin ou un potager. Au total, cette loi concerne 5 à 10 % des pesticides utilisés en France — le reste étant destiné à l'agriculture.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 17:30

J'ai compris, en lisant des blogs amis, ça et là...

Nous sommes en Démocratie-dictatoriale-monarchique !

C'est à dire, on te fait croire que c'est toi qui ne décide rien

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 13:02

 

Une partie des éoles (l'ancienne classe Mme Laborie pour les moins jeunes)

 

commune0009.jpg

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 07:09

Structurer l’offre, enjeu majeur pour développer les circuits courts

Magasins à la ferme, approvisionnement direct de la restauration collective, et maintenant drives fermiers…. Les initiatives d’approvisionnement local qui se multiplient sur le territoire doivent désormais franchir une nouvelle étape nécessaire à leur développement : celle de la structuration de l’offre. Un enjeu pour lequel les Chambres d’agriculture entendent se mobiliser.

Outre l'approvisionnement local des enseignes de la grande distribution (comme ici la démarche "le petit producteur"), les débouchés locaux contractualisés avec les collectivités constituent un important potentiel pour les agriculteurs. (©TNC)

zoom

 

Depuis le lancement, il y a 25 ans, du réseau Bienvenue à la ferme, l'offre d'approvisionnement local par les agriculteurs s'est considérablement développée. Outre les 6.500 agriculteurs de ce réseau, dont bon nombre commercialisent une partie de leur production directement à la ferme, de nombreux agriculteurs se sont lancés, individuellement ou collectivement, à l'assaut de débouchés locaux.

Guy Vasseur, le président de l'Apca, l'a semble-t-il bien compris. Depuis sa première élection, en 2010, à la tête des Chambres d'agriculture, il a toujours porté au rang de ses priorités le développement de ces circuits directs de commercialisation pour les collectivités. Un développement qui se heurte aujourd'hui à des difficultés de structuration de l'offre. Pour preuve, il apparaît très difficile de dresser un panorama national précis de l'offre en matière d'approvisionnement local.

Partager cet article
Repost0
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 13:29

Pont Roger Castillon dévoile

les visages de ses 32 colistiers

Candidat aux municipales des 23 et 30 mars prochains, le maire

sortant a présenté vendredi une liste renouvelée au tiers.

.

Municipales
Municipales
Partager cet article
Repost0